Carnets des petits bergers: Kenya, les retrouvailles avec la Coco

Feel the magic in the air, allez allez allez! Levez les mains en l’air, allez allez allez!

Comment vous dire notre joie de retrouver notre coco?!! En bon état, en bonne santé, un grand sourire au coin du pare-chocs!

La Coco qui nous attend au port
Enfin la Jolly Perla: énorme!

Les dernières heures avant les retrouvailles sont intenses: Nous devons prendre une assurance pour pouvoir rouler au Kenya. Nous patientons dans un bureau, quelques heures, nous revenons le lendemain, nous patientons encore. Ca y est! Ca tombe bien on vient de nous appeler, on file au port!

Pour récupérer la Coco au port, il faut d’abord passer par les douanes, payer l’homme qui va payer les douaniers, remplir des papiers, en recevoir d’autres, puis attendre. Nous patientons. Des heures… Vous pouvez y aller. Ah non une dernière vérification! Nous patientons… Et hop, nous voilà tout à coup au volant de notre maison, qui va maintenant devoir affronter les pistes africaines. Hé oui, il n’y a pas beaucoup de routes sans trous et sans bosses en Afrique. C’est pourquoi, avant de quitter la ville, nous avons décidé d’offrir à la Coco de nouvelles suspensions, à l’africaine!

Chez Tom’s Magic à Mombasa

La Coco déposée au garage, et c’est parti pour une virée dans la ville de Mombasa. C’est une drôle de ville, Mombasa. On y circule en voiture, en moto, en tuk-tuk, en matatu, en brouette aussi. Il y a du monde partout, du bruit partout, des odeurs partout! Des chauve-souris dans les arbres, et des mendiants en dessous.

Mombasa
Tuk-tuk à gauche, Matatu à droite
En tuk-tuk
Mais comment font-elles leurs besoins?

Quelques heures plus tard, voilà la Coco toute pimpante, et nous voilà enfin prêts à quitter Mombasa, car pour dormir en sécurité, on préfère s’éloigner des grandes villes. Mais il est déjà tard et nous n’avons aucune idée de où nous allons nous poser pour la nuit. Alors nous prenons la route, et après quelques kilomètres, nous quittons l’axe principal pour atteindre un village qui semble tranquille.

C’est la sortie de l’école!

Effectivement, le village de Kibao Kiche’ est loin de l’agitation de la ville, et c’est plein d’enfants! Assez rapidement, un homme nous arrête, nous croyant perdus, et nous propose une place devant son église. Cet homme est le pasteur du village, il s’appelle Eric. Quelle chance, au premier essai nous sommes accueillis! Enfin accueillis, il faudra avant tout aller voir l’Ancien du village, devant lequel Julien devra se présenter, et justifier de la présence de sa famille dans ce village. Après les discours d’usage, la rencontre avec le chef du village se fera en anglais et avec un smartphone… Bingo! Nous pouvons nous installer!!! Mais le pasteur devra venir voir pendant la nuit si tout va bien pour nous, et avant de partir, nous devrons écrire une petite lettre pour raconter à l’Ancien nos activités dans le village.

C’est ainsi que nous passons notre première nuit improvisée en Coco dans un village africain!

8 commentaires sur « Carnets des petits bergers: Kenya, les retrouvailles avec la Coco »

  1. Merci 🙏 et toujours très admiratif de la qualité de votre voyage. Vous êtes vraiment impressionnants de dynamisme, d’enthousiasme, de bienveillance aux autres, et de qualité rédactionnelle. On croit voyager avec vous. Magnifique ce voyage ou rien ne vous arrête. Bonne continuation et félicitations sincères.

    Aimé par 1 personne

      1. Du pater familias Henri , un compagnon de navigation à la voile . C’est peu dire que votre aventure me subjugue !

        J'aime

Répondre à Kika Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s