Kenya: safari safari

Vous savez ce que veut dire le mot SAFARI en swahili? Ca veut dire « VOYAGE »! Et ça tombe bien car dans ce voyage, on a très envie de rencontrer des animaux! Et c’est sûrement en Afrique que vivent les animaux les plus époustouflants.

Mais voilà, pour faire un safari, faut prévoir le budget. Et nous, on avait prévu un budget asiatique, donc plus petit. (!) Mais, pour dire la vérité, on cherche quand même à voir des animaux sans avoir à payer trop de guides et d’entrées en parcs.

Lorsque nous étions à Kibao Kiche, Eric le pasteur nous avait présenté Masha, un guide très généreux qui nous a indiqué des routes et des chemins, gratuits, où il serait possible d’apercevoir quelques bestioles… « Et des éléphants? Bien-sûr! »

Notre ami guide, et éleveur!

Nous voilà donc partis, avec nos jumelles d’enfants (ben oui on ne pensait pas aller dans la savane!), explorer ces lieux la fleur au fusil! (!!) Petite pause dans le village de Voï: « Oh oui si vous allez à Taveta, vous allez en voir, des éléphants! » nous dit-on.

Un peu plus tard, deux enfants descendus de leur colline pour chasser la mangouste en vue d’un repas du soir amélioré nous en parlent différemment. « Nos parents ont des chèvres et des cultures, et l’éléphant est un problème car il saccage nos cultures. » Puis ils partent comme des balles après une colonie de mangouste en fuite.

Sur la route de Taveta, ce fut comme un feu d’artifice tellement on a vu des animaux de toutes les couleurs! Tant de diversité! Tant de beauté! Dans notre excitation, on a même cru voir des dromadaires au loin! « Hé oh, ici c’est la savane, pas le désert! »

Des panneaux qui font plaisir à voir!

Nous n’avions pas vu d’éléphants. Nous passons la nuit à proximité de Taveta lorsqu’un gardien de ferme nous propose l’asile. Nous le questionnons à propos de la faune. « Les éléphants je n’aime pas ça, c’est dangereux. »… « Bon. » « Par contre dans notre ferme, nous avons des chèvres, des vaches et de plus en plus de dromadaires à cause des sécheresses. Ah!!! »

Ah oui c’est sec.

Le lendemain, nous voilà dans une station service, et le sympa pompiste nous vante le lac Jipe, non loin de là, en bordure de parc… « C’est accessible avec ce véhicule? Bien-sûr! Môââ, ils disent toujours ça! »

Et c’est parti pour 23 km de piste avalés en un peu plus de deux heures. Nous arrivons dans un village et demandons: « On peut se poser quelque part pour la nuit? Oui oui! Et vous savez si on peut voir des animaux? Des animaux non, juste des éléphants. Ah!!! » Deux villageois montent dans la Coco pour nous trouver un lieu pour la nuit lorsqu’un éléphant sort des bois à quelques mètres de nous et traverse la piste lentement, tranquillement, librement! On ne se rappelle même plus avoir freiné pour stopper notre vaillante Coco! Notre première rencontre avec un éléphant…

bh!

On nous déniche un endroit de rêve au bord du lac. Presque tous ces villageois sont pêcheurs ou éleveurs. Nous voyons un semblant de clôture qui limite le parc mais les éléphants sont tout autour. C’est bien le village qui est dans un parc! Difficile de savoir ce qu’ils pensent vraiment des éléphants, mais ce qui est sûr c’est qu’ils vivent avec. Ils savent comment se comporter en leur présence, et éviter le danger… La plupart du temps… Les éléphants traversent quotidiennement la piste pour aller se rafraîchir dans le lac, et empruntent les mêmes sentiers que les enfants allant à l’école (Qu’un éléphanteau se retrouve en classe, il se serait juste trompé de destination). Notre attrait pour ces grosses bêtes les étonne un peu. Mais ils ne manquent pas de nous appeler à toute heure lorsqu’un troupeau s’approche du village…

Deux jours plus tard, sur la même piste, dans le sens du retour, des éléphants pleins les yeux, on a brutalement freiné une fois de plus…

3 commentaires sur « Kenya: safari safari »

  1. Merci pour ce recit vivant lu …juste avant d aller au marché de Pont duf et capturer une excellente buchette pour ma semaine !
    Bonne continuation au pays des éléphants !
    Hervé

    J'aime

    1. Ah Hervé, si tu savais l’énergie qu’on serait prêts à mettre pour tenter de capturer une bûchette dans le « bouch »! Ici quand on trouve un morceau de cheddar congelé, c’est jour de fête!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s