Carnets des bergers: Botswana, on écrit sur les murs

Le Botswana est un pays tellement plat qu’il aurait pu s’appeler le plat pays. Mais c’était déjà pris… Et dans ce Botswana très plat, occupé en grande partie par le désert du Kalahari, quelques collines s’élèvent: Les collines Tsodilo.

C’est tellement étrange de voir ces reliefs comme posés sur cette vaste plaine, qu’on comprend que ces collines soient sacrées pour ses habitants, les San.

Les San sont les plus anciens habitants de cette région d’Afrique. Ils sont nomades, un peu comme nous mais sans la Coco. Mais contrairement à nous, ils ne sont pas agriculteurs, ils sont chasseurs-cueilleurs. Leur nourriture provient de fruits et de racines glanés dans la brousse, et d’une antilope bien dodue si la chasse a été bonne. Ils parlent une langue très étrange, dans laquelle ils font des bruits de bouche ressemblant à des « clics ». En français, ça donnerait à peu près ça: Bon-clic-jour! Comment tu -clic- vas?

Malheureusement, les autres peuples pratiquant l’agriculture les ont peu à peu repoussés vers le désert. Et beaucoup d’entre eux ne vivent plus comme cela aujourd’hui. Ils travaillent pour de riches fermiers et chassent leur nourriture… au supermarché.

En allant dans les collines Tsodilo, on a découvert qu’ils étaient aussi de vrais artistes! Il y a 2000 ans, ils fabriquaient une peinture à base de sang animal, de terre et de plantes, et dessinaient sur les rochers. Et miracle: la peinture est restée!

Un guide nous a emmené à la découverte de leurs peintures. Allez, suivez-nous!

Vous reconnaissez des animaux? Nous on avait bien repéré les girafes! Alors ce tableau raconterait une histoire. Plusieurs girafes (1) se promenaient, lorsque deux lions (2) les attaquèrent! Ils réussirent à tuer l’une d’entre elles (3). Le spectacle n’échappa pas au babouin (4) posté juste au dessus.

Soit les San étaient très grands, soient ils savaient grimper sur les rochers!

En nous promenant dans les collines, nous entendions peu à peu des chants répétitifs portés par des voix féminines très aigües, comme on peut en entendre en Afrique. En approchant, nous avons salué les femmes en robes blanches et foulards bleus, qui offraient du lait en scandant leurs prières. Ce lieu est vraiment sacré!

Un pingouin (1) et deux baleines (2) … Tiens tiens… Vous voyez où se trouve le Botswana en Afrique? Comment ont-ils vu ces animaux aux collines Tsodilo?? A moins que… Mais bien sûr! Nous savons que les San étaient nomades. Ils auraient donc dessiné ces animaux de mémoire après avoir fait un long chemin!

Des antilopes…

Le rhinocéros…

Hé bien ça alors!!!!

4 commentaires sur « Carnets des bergers: Botswana, on écrit sur les murs »

  1. Une petite note d’humour en ce dimanche ensoleillé….😍
    Très intéressant et didactique en plus!
    Merci , bonne route….. et à la prochaine 😉

    J'aime

  2. Je suis clic-charmé par les images, non moins-clic par le-clic rythme des ré-clic-cits. Clic, quoi.

    C’est écrit-clic que les gens du monde sont clic-faits pour se clic-retrouver. L’on vous suit : clic.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s