Carnets des petits bergers: Namibie, le parc national d’Etosha

Extrait du journal de bord du lundi 14 juin.

Il est 7h25, nous trépignons à la porte d’entrée du parc. Les portes s’ouvrent, c’est parti!

Dès les premiers kilomètres, c’est l’enchantement. Zèbres, gnous et girafes ouvrent le bal. Il est 9h, au détour d’un virage surgissent un grand dik-dik, et une petite girafe! C’est la première fois que nous voyons cette antilope naine, elle nous plait directement!

On s’accorde ensuite une petite pause déjeuner, boire son café en regardant jouer des zèbres, ça nous va!

Mais on se remet rapidement en route, on espère vraiment voir des félins. Mais malgré les 60 kms de piste parcourue ce matin, pas l’ombre d’une moustache! Alors on se régale de la cavalcade des oryx, sorte de cheval à corne, et des sauts incroyables des springboks.

Les enfants prennent le volant à tour de rôle. Billie manque de peu d’écraser un chacal, puis nous faisons la course avec une autruche. A 70 km/h, la Coco renonce, l’autruche l’emporte!

Nous arrivons au point d’eau de Ozontuijti pour le repas de midi. Et là on se rend compte que tous les animaux du coin ont eu la même idée, il y a du monde au pique-nique! On compte jusqu’à 8 espèces différentes en même temps. On les écoute, on les sent, on les regarde se disputer, complètement fascinés.

Mais il est 14h, et le camp est encore loin! Alors c’est reparti. Au bord de la piste, un springbok rumine tranquillement. De l’autre côté, nous apercevons un guépard tapi. Il profite de notre passage pour bondir sur le springbok, qui s’enfuit juste à temps! Raté pour le guépard, qui se remet de sa déception au bord de la piste. Nos 5 petits coeurs battent à fond, tous émus de la scène à laquelle nous venons d’assister.

Nous arrivons enfin au camp d’Halali, juste avant la fermeture des portes. Et oui à Etosha, tous les humains doivent être enfermés la nuit! Le temps de prendre une douche, de manger un peu, et nous nous installons devant le point d’eau en bordure du camp. Le spectacle du soleil qui se couche, l’arrivée du premier rhinocéros qui vient boire, suivi de la séance de gymnastique des girafes nous laissent sans voix.

21h: premier fou-rire des enfants alors qu’ils ne faut absolument pas faire de bruits. Ben oui mais comment ne pas rigoler devant des hyènes qui viennent renifler les fesses d’un rhinocéros, et se sauvent ensuite en courant, et recommencent sans arrêt!

21h30: On voudrait rester là toute la nuit, mais les yeux piquent, et demain à 7h25 nous serons à l’ouverture des portes! Alors au lit tout le monde!

3 commentaires sur « Carnets des petits bergers: Namibie, le parc national d’Etosha »

  1. J adore votre recit !et l idée d enfermer les touristes pour la nuit !un peu de tranquillité pour les animaux !
    Bonne continuation et j attends avec impatience la suite de vos aventures…cela change des orages quotidiens lors de la remontee du Rhone en velo !
    A bientôt !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s