Carnets des bergers: Namibie, c’est l’heure de la traite!

Quand on voyage, on s’évade. On change un peu mais on reste soi. Et nous, les animaux, la traite, le lait, on aime ça! Alors quand on a appris qu’au nord de la Namibie vivait un peuple d’éleveuses et d’éleveurs qui se nourrissait essentiellement de lait, on s’est tous dit:  » Mamelle et lait cru, nous voilà! 

Ce peuple, c’est le peuple Himba. Leurs femmes ont la particularité de porter une tenue traditionnelle très gracieuse, voire envoûtante. Voici Kadé et sa fille, notre première rencontre.

Leur peau et leurs cheveux sont recouverts d’un mélange de graisse animale et de terre ocre. Leurs magnifiques bijoux luisent de graisse et de cendres. Lorsqu’elles se marient, elles portent une coiffe évoquant des oreilles bovines. Elles se parfument de plantes aromatiques trouvées dans les collines. Tout cela pour tenter de ressembler à une vache. Oui car chez les Himbas, la vache est au centre de leur vie. Et si on vous dit que vous êtes une belle vache, ne le prenez pas mal, cela pourrait être une demande en mariage!

Nous avons rencontré Yaso’a et Kaséré qui nous ont convié à la traite de leurs vaches le lendemain matin. On ne sait pas où ils habitent, mais on a leurs prénoms!

Après une nuit de pleine lune, nous sommes dehors et cherchons un semblant de village. Une piste semble tracée dans les bois, on aperçoit une clôture au loin. Pas un bruit, on s’imagine déjà faire peur à tout un village non prévenu! Mais non, deux jeunes filles nous accueillent, et elles connaissent Yaso’a, ouf! Mais d’abord, entrez dans la hutte.

La hutte, ronde et sombre est remplie de fumée car il y a un feu mais pas de cheminée. Des femmes se réveillent et des enfants dorment encore. C’est l’heure d’aller chercher les vaches. Lucie décide de rester au chaud avec les femmes qui commencent leur toilette. Pendant ce temps, Noam en tête, nous jouons fièrement aux bergers ! Leurs vaches ont chacune un nom, qui est en rapport avec leur couleur. Elles rentrent docilement retrouver leurs veaux, restés à l’intérieur du village.

C’est l’heure de la traite. Pratiquée essentiellement par les femmes, la récolte du lait commence, en compagnie du veau, qu’elles repoussent à coups de bâton. Le lait est vidé dans une calebasse, mélangé au lait de la veille, pour le transformer en quelques heures en une sorte de yaourt grumeleux qui régalera toute la famille. Pendant ce temps nous goûtons le lait, qui a déjà un petit goût de yaourt! On adore! « Et elles sont trop belles vos vaches »! On parle bien des vaches.

Le temps est venu pour nous de reprendre la route. Nos hôtes nous accompagnent à la Coco. Kika en profite pour faire son numéro.

Puis nous leur montrons des images de notre ferme dans nos montagnes. La plus jeune des petites himbas nous demande si nous ne serions pas nous aussi des himbas. « Ben oui vous faites la même chose que nous! »

2 commentaires sur « Carnets des bergers: Namibie, c’est l’heure de la traite! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s